Bibliothéco

Bibliothèque numérique d'économie et gestion

Bibliothéco

Bibliothèque numérique d'économie et gestion

Gestion des opérations de manutention
1.    Définition :
La manutention est l’ensemble des activités matérielles et des mouvements qui tout en modifiant ni la valeur, ni la nature des produits contribue à leur fabrication dans les meilleures conditions de qualité, rapidité, sécurité et efficacité. Dans ce contexte, une manutention se décline autour :
Une manipulation pour prendre l’objet.
Un déplacement de l’objet d’un endroit (poste) à un autre, à l’aide d’engins mécaniques.
Une manipulation pour déposer l’objet au poste de travail.
2.    La manutention dans le système industriel :
La manutention tire une partie assez prenante dans l’industrie dans la mesure qu’elle contribue au déplacement d’un produit d’une phase à une autre. Autrement dit l’acheminement des matières premières, des produits semi finis et des produits finis conditionne outre le moyen de transport un support de celui-ci, qui complète en effet le processus de déplacement des flux physiques.
3.    L’importance de la manutention :
Le processus de la manutention est très important parce que tous les produits doivent être manipulés et gardés en lieu sûr, pour arriver à destination en toute sécurité et en gardant leur qualité. En d’autres termes, une bonne manutention des matériaux est importante et nous aide à éliminer les accidents, réduire le stress et l’effort, minimiser le temps de la distribution et du stockage, éliminer les tâches redondantes, etc. Aussi, il y a deux choses indispensables pour garantir la bonne manutention des matériaux. Ce sont :
Experts manutentionnaires : Pour assurer une bonne manutention du matériel, vous devez engager des manutentionnaires efficaces, bien formés et excellents pour la tâche à accomplir. Cela vous garantira que la manutention des matériaux et la sécurité des autres travailleurs et produits sera correctement effectuée.
Systèmes efficaces de stockage pour la manutention des matériaux : Si vous voulez rendre la manutention des matériaux efficaces, des systèmes de stockage sont également nécessaires. Ces derniers sont vraiment fonctionnels et automatisés et qui peuvent vraiment économiser du temps, de l’argent et des efforts.
Pour cette raison, si on souhaite éviter des poursuites et prévenir des tragédies (accidents, chutes d’objets, etc.) dans l’entrepôt, il faut avoir des travailleurs experts et des systèmes de stockage efficaces.
4.    Le positionnement de la manutention :
4.1.        Dans la chaîne logistique :
La manutention intervient dans l’ensemble de la chaîne logistique (supply chain) qui s’étend du fournisseur des fournisseurs au client des clients en passant par les transporteurs, les producteurs les distributeurs et les vendeurs. La manutention, donc, agit physiquement sur le produit dans cette chaîne en le déplaçant d’un point à l’autre.
4.2.        Dans le processus de production :
La manutention est liée à la production car c’est elle qui entraine le déplacement des produits dans l’atelier et donc gère les flux de produits entre les postes de travail (fabrication, assemblage, conditionnement…) et/ou les zones de stockage. Ainsi, toutes modifications des conditions de production peuvent avoir des répercussions importantes sur le fonctionnement des opérations de manutention, tels que les composants du produit, l’implantation des machines, les cadences.
4.3.        Dans le processus de distribution :
Cette phase finale du produit dans son acheminement fait bien entendu intervenir de nombreux moyens de manutention. La distribution, grande ou petite, consiste à apporter les biens de consommation, fabriqués ou conditionnés dans des usines, jusque dans le logement de chaque consommateur. On se trouve dans le même contexte que la phase de fabrication, mais dans un processus aval de la chaine.
5.    La manutention et le transport :
Il y a lieu de noter qu’il ne peut y avoir de transport sans opération de manutention, soit au moment du chargement, soit à celui du déchargement, les différents moyens de transport entraînant tous des problèmes spécifiques de manutention. Par ailleurs, il y a lieu de distinguer les produits en vrac et les produits en charge unitaire.
Transports de masse : représente tout transport de produits entre deux points précis à l’aide d’engins dépendant du lieu émetteur du chargement et d’autres engins relevant du lieu récepteur (par exemple, port maritime). Ainsi, les transports de produits en vrac se font dans des véhicules spécialement adaptés (camions citernes, navires pétroliers, conteneurs…).
Transports de livraison : concernent le transport de produits entre plusieurs points par un même véhicule, sur des distances assez courtes. Les véhicules doivent en principe posséder des moyens de manutention pour décharger leurs marchandises dans des points ne disposant pas de matériels adaptés.
6.    La manutention portuaire :
6.1.        Le système de manutention des conteneurs :
Il comprend quatre composantes que sont :
ü Le système d’entreposage sur remorque : consiste à décharger les conteneurs importés d’un navire par une grue et sont ensuite chargés sur des remorques qui sont tractées jusqu’à un emplacement assigné dans l’aire d’entreposage, où elle restera jusqu’à ce qu’un tracteur routier l’emmène. Les remorques transportant des conteneurs destinés à l’exportation sont amenées dans l’aire de stockage par traction routier, puis conduites au navire à l’aide des matériels du port.
ü Le système des chariots élévateurs lourds : C’est un système qui consiste à utiliser des chariots élévateurs à fourche lourds d’une capacité d’environ 42 tonnes et peut gerber des conteneurs de 40 pieds pleins sur 2 à 3 hauteurs.
ü Le système des chariots cavaliers : est celui permettant de gerber des conteneurs sur 2 ou 3 hauteurs, les déplacer du quai à l’aire d’entreposage et les charger sur un véhicule routier ou les en décharger.
ü Le système des grues à portique : ici, les conteneurs peuvent être gerbés à l’aide de grue à portique sur rail sur une hauteur de 5.
6.2.        La manutention des marchandises non conteneurisées et de vrac :
Elle est généralement effectuée par les propres moyens de manutention du navire en ce qui concerne la manutention bord quai. Celle-ci est ensuite relayée par des élévateurs à fourche ou les dockers en ce qui concerne la manutention à quai.
6.3.        Les différents types de manutention portuaire :
Chaque catégorie de marchandises est manutentionnée en plusieurs phases qui déterminent les types de manutention à savoir :
La manutention bord ou stevedoring : Elle consiste en un regroupement des opérations de chargement et de déchargement des navires. Ces opérations sont effectuées de façon cyclique que l’on peut décomposer en quatre phases : Prise du conteneur en cale, transfert à terre, pose de la palanquée et retour.
La manutention terre ou acconage : Les opérations terre s’effectuent aussi de façon cyclique décomposée comme suit : Saisie de la palanquée, transfert, pose en magasin ou terres pleins et camions (enlèvement direct).
La manutention shifting :Il consiste à déplacer les marchandises non destinées au port de déchargement soit à l’intérieur du navire, on parle de shifting bord – bord ; soit du navire sur le quai et ensuite du quai sur le navire : on parle respectivement de shifting bord – terre et de shifting terre – bord.
7.    Le rôle et classification des matériels de manutention.
Les matériels de manutention sont exclusivement utilisés pour le déplacement horizontal ou vertical des matières premières, de produits semi- finis ou des produits finis. Des investissements importants en matériel de manutention sont consentis, l’amortissement de ces derniers se fait toujours sur une période de 5 ans. Ces amortissements représentent alors une part non négligeable du coût total de l’exploitation d’un entrepôt en plus des frais financiers, des salaires et des charges, des assurances, etc. Ce qui détermine forcément le rôle opérationnel majeur que joue ces matériels dans la gestion des flux dans l’entreprise.
Généralement, on distingue 5 grandes familles de matériels : les chariots de manutention comme les chariots élévateurs (thermiques et électriques), les chariots à mât rétractable et les chariots à fourche pivotante. Aussi, les appareils de levage (qui se défaire selon les types de levage : suspendu ou soutenue, comme le portique de stockage, le pont roulant et la grue, qui sont pour les charges lourdes), le matériel de manutention continue (convoyer) et les transpalettes (manuelle et électrique).
8.    La manutention face aux problèmes de sécurité :
Dans le cadre de la logistique, les causes d’accidents les plus importants relèvent de la manutention (38%).
8.1.        Les risques liés à la manutention manuelle :
La manutention manuelle désigne toute opération de transport ou de soutien d’une charge dont le levage, la pose, la poussée, la traction, le port ou le déplacement exigent l’effort physique d’une ou de plusieurs personnes.
Risques : Collision, écrasements, chutes d’objets, … Blessures, lacérations, réfraction, etc.
8.2.        Les risques liés à la manutention mécanique :
La manutention mécanique permet d’éviter les activités pénibles et les risques propres liés à la manutention manuelle. Elle fait appel à l’utilisation d’appareils de levage et de transport : transpalettes, grues, chariots élévateurs automoteurs, etc. Où elle permet d’accélérer les flux de marchandises et d’améliorer la performance logistique. Mais les opérateurs sont aussi devant aux risques suivants : Chute en montant ou en descendant du chariot ; Renversement de l’engin ; Instabilité et Chute de la charge ; Accident de circulation : collision véhicule divers, heurt de personne, etc.

Des solutions simples et efficaces existent pour manutentionner en sécurité. Pour les mettre en œuvre, il faut organiser son activité en prenant en compte l’organisation du poste du travail, éviter les encombrements, accessibilité du passage dans l’espace du travail, faire des formations, etc. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X